Douaisis Agglo en mal d’habitants !

De la cérémonie des vœux de la Communauté d’agglomération on retiendra surtout le changement de nom de celle-ci. Le discours convenu fait d’avantage penser à la diatribe d’un chauffeur de salle, dans un lieu de concerts, un moment donc par nature éphémère.

Des projets, restaurants, hôtels, P.M.E, patinoire, boulodrome… Des contrats qui seront bientôt signés… On voudrait y croire mais il manque le nouveau souffle, un vrai deal de développement… Ce qui patine, c’est la dynamique du territoire, en berne… La fuite des habitants évacuée sous le tapis !

L’augmentation de l’offre de logement, bien sûr, mais pour qui ? La mise en œuvre du plan pauvreté, la redynamisation de la Ville centre, le projet Pôle Gare VAUBAN, l’hôtel et sa brasserie de standing, le marasme du Raquet… Pourquoi n’y a-t-il pas d’état des lieux précis sur ces dossiers ?

Le constat du déclin mesurable du Douaisis n’est pas évoqué, mais dans l’emphase de cette période pré-électorale on s’attachera à la révision de la carrosserie, il ne faut pas s’attarder sur le  moteur.

Mais la réalité revient au galop quand le site internet de cette communauté continue de donner un chiffre faux de la population réelle (158 000 habitants quand la réalité est 148 900 habitants). Un territoire qui perd 10 000 habitants ces dernières années, c’est une hémorragie ! Le Douaisis perd ses forces vives, on n’en parle même pas ! 15 des 35 communes de l’agglomération perdent des habitants.

SIN LE NOBLE perd 580 habitants et DOUAI, un comble, qui comptait plus de 50 000 habitants il y a quelques décennies passe à 39 657 habitants, à peine plus que CAMBRAI et LENS …

Quelques communes gagnent en population par transfert ou parce qu’elles sont des bases arrières de l’agglomération lilloise, une population dortoir qui travaille, dépense et vit ailleurs… A la frontière du Douaisis et du Pas-de-Calais, l’activité se développe avec la proximité de l’A1. Les lotissements qui se développent autour participent à notre déséquilibre démographique. DOUAI est devenue un pôle secondaire et on n’imagine plus qu’elle puisse entraîner le territoire… Ce modèle de gestion mène au déclin, c’est donc le défi d’un changement profond de gouvernance qui est à relever en 2020. Celui qui devra rétablir le rayonnement de DOUAI, face à LILLE, ARRAS et VALENCIENNES !

Laisser un commentaire