Lettre ouverte à Alain Segond

Alain,

C’est fait. Comme moi, tu as été rayé. Qu’importe tout ce que tu as fait, ton attachement au territoire, à son Histoire, tes mandats à Râches, au SIVOM, au SMTD, à la CAD, l’heure de la retraite d’office a sonné pour toi ; le vote fut sans appel.

Tu as été profondément marqué par le « Conseil de discipline » que t’avaient infligé les deux non-inscrits qui dirigent la CAD aujourd’hui. Quel fut ton tort ? Tu as défendu l’archéologie préventive et les membres du personnel poussés dehors. Tu as surtout commis l’erreur impardonnable de parler à la presse en regrettant les retards d’investissement pour le projet ARKEOS.

J’ai assisté, effaré, au spectacle de ton éviction, écoutant le communiste à visage humain s’offusquer de l’humanité de Françoise qui bien seule te défendait en invoquant ta fragilité. En observant les visages dans cette enceinte, je me suis dit que, comme on le fait au Conseil Régional, on devrait filmer ces séances pour que chacun se fasse sa propre idée. J’ai écouté ensuite les explications oiseuses des « responsables de groupes politiques » se réfugiant derrière ta démission du Mouvement des Non Inscrits du Douaisis, arguant d’accords politiques… je me suis demandé où était leur humanité : démissionnant d’un groupe fantôme, tu n’étais plus rien à leurs yeux.

J’ai enfin entendu le laborieux discours du maire d’Hamel, non-inscrit avec lequel tu avais pourtant partagé tant de combats, prétendre que la CAD n’avait plus besoin de toi à l’archéologie mais plutôt d’un Vice-Président à la mobilité, lequel devrait être désigné par lui… Je n’en suis pas revenu !

Les partis politiques qui gouvernent la CAD, parlons-en. Le Parti Communiste qui nationalement ne représente plus que 3% des électeurs ; le Parti Socialiste morcelé, qui se disloque chaque jour un peu plus ; la droite éclatée, représentée à la CAD par une « Alliance » hétéroclite, déchirée entre LR et République en Marche…

Il resterait une charretée de non-inscrits dans le Douaisis ? Faux ! Les non-inscrits, c’est aujourd’hui toute la France, Alain, puisque presque plus personne ne paie une cotisation à ces partis déliquescents. Comment une amicale d’élus ruraux, présidée par un inconnu pourrait-elle représenter les non-inscrits ? Où sont ses sympathisants ? En quoi pourraient-ils constituer un parti ?

Les électeurs ne sont nulle part et certainement pas dans ces associations d’intérêts. Ils sont les véritables non-inscrits, qui font et défont les majorités au gré de leur humeur du moment. Ils l’ont démontré aux dernières élections législatives dans la XVIIème circonscription en portant en tête trois jeunes inconnus issus de la République en Marche, de la France Insoumise et du Front National, devenu Rassemblement National. Aucun de ces trois partis n’est représenté dans ces « groupuscules politiques » qui gouvernent la CAD !

La CAD, elle, offre tribune et représentation à des élus issus du Parti Socialiste (3.58% lors des dernières législatives), du Mouvement des Non Inscrits du Douaisis (8.77%), des Républicains (10.4%) et du Parti Communiste (12.07%) : les partis les moins bien élus aux législatives !

J’ai moi aussi, comme président du syndicat des transports, retiré une délégation à un vice-président avec lequel j’avais un désaccord sur la gratuité du transport public. Ce désaccord avait entraîné un grave dysfonctionnement du Comité syndical (intrusions, manifestations, menaces, banderoles…) et des désordres dans l’entreprise. Malgré tout celui que j’ai exclu était comme toi, un homme fréquentable et personne ne réclamait cette gratuité.

Oui, tu es un homme fréquentable, un élu éminemment respectable ! Aussi, je pose la question : où était la menace « Alain Segond » ? Quel risque représentais-tu ? Quel manquement, quelle erreur, quelle trahison avais-tu commis ? Quelle crise avais-tu provoquée qui aurait pu justifier ton éviction à un peu plus d’un an de la fin de ton mandat ? Aucune !

Il est temps pour toi, Alain, de t’éloigner d’une assemblée au fonctionnement d’un autre temps, de vivre loin de ces chapelles d’intérêts dont les messes n’attirent plus personne. Il est temps pour toi de profiter comme moi d’une autre vie. La vraie vie…

 

Christian Hatu

Laisser un commentaire